Echos du Conseil communal du 22 février 2018

Catégorie : Actualités
Affichages : 699
СНПЧ А7 Томск, обзоры принтеров и МФУ

echarpe13 points, dont 2 à huis clos, étaient inscrits à l’ordre du jour de ce Conseil communal.

Parmi les points examinés, relevons l’adoption du cahier des charges pour l’entretien des sentiers communaux et autres, le rapport d’activités 2016 des plaines de vacances de l’ASBL Aide aux Familles, l’adoption de la motion du Conseil communal de Bassenge s’opposant au projet de loi autorisant les visites domiciliaires.

Le point le plus marquant est la finalisation du dossier du ‘Schéma de Cohérence Territorial Communal (SCOTc). Lors du dernier Conseil communal, il avait été question de reformuler un paragraphe relatif aux zones inondables d’aléa élevé. Après réflexion et renseignements complémentaires auprès des services compétents, le Collège communal a proposé de ne rien changer à la formulation initiale. Pourquoi ?

Parce que le SCOTc est un document d’orientation (et non réglementaire), élaboré en toute indépendance en fonction des grands enjeux urbanistiques communaux pour aider le Collège communal à prendre sa décision en toute objectivité et que, pour atteindre cet objectif, il doit être pratique et direct ; parce que le texte du SCOTc s’inspire des avis des services régionaux wallons (notamment la Direction des voies hydrauliques qui gère les risques d’inondation) lesquels sont d’ailleurs parfois bien plus stricts encore et refusent également toute construction en zone d’aléa moyen, là où le SCOTc ne leur a pas fermé la porte ; parce que l’aléa élevé correspond en gros au lit des rivières  et enfin, parce qu’ avoir une position clairement exprimée dans cet outil est un gage de transparence et d’une administration qui veut être claire vis-à-vis de ses citoyens. Cela aussi c’est le gage d’une politique "orientation usager".

Ce point a été approuvé à l’unanimité sauf une voix.

La séance s’est traditionnellement terminée par les questions d’actualité, lesquelles servent essentiellement à une très petite minorité de conseillers - toujours le(s) même(s) - pour faire parler d’eux et pour se mettre en avant. Il est vrai que la période électorale n’est pas loin …. A se demander si c’est bien la "res publica" qui les anime ou plutôt un intérêt bien moins général …

Ces questions étaient relatives à l’étude sur l’impact des eaux de ruissellement dans le quartier des Bannes, au remplacement de la Receveuse régionale qui part à la pension le 1er avril prochain, à la mise à jour des sites "GPS" et au suivi de l’opération de consultation citoyenne "Bassenge à votre écoute".

Il a été répondu que l’étude sur le ruissellement des eaux était en cours ; qu’en ce qui concerne le remplacement de Mme la Receveuse, les choses se mettent en place. En ce qui concerne la mise à jour des sites "GPS", la pratique de l’administration est rôdée et une procédure automatique est mise en place pour avertir les sociétés et services de sécurité concernés du changement de nom de certaines rues ou de la survenance de problèmes particuliers. Enfin, en ce qui concerne les idées retenues dans l’opération citoyenne, la commission Environnement est en charge de deux des trois dossiers. Quant à la commission Environnement (lieu contesté par le demandeur), c’est un endroit où tous les partis politiques sont représentés et où les projets peuvent être discutés et élaborés. Quoi de plus normal que d’y travailler, dans un esprit constructif, un projet tel que celui des boîtes à livres.

Ces réponses n’ont pas plu au seul demandeur du jour, mais, pouvoir accepter que l’on ne soit pas toujours le nombril du monde, c’est aussi le sacerdoce d’un homme politique …

footer-bg