Hommage à Ghislain Hiance

Catégorie : Actualités
Affichages : 1032
СНПЧ А7 Томск, обзоры принтеров и МФУ

ghislain3

 

Répondant aux souhaits exprimés par la famille à qui nous présentons toutes nos condoléances et notre affection en ces moments difficiles, c’est avec tristesse qu’au nom du Collège, des Conseillers communaux et du CPAS, que notre Bourgmestre adresse ces quelques mots d’hommage et de reconnaissance à votre cher Ghislain, notre ami.

 

Chère Famille,
Cher Ghislain,
Mesdames, Messieurs,

Il est né à Wonck le 24 juin 1934.
Il a épousé Liliane dans cette même église le 9 février 1957.Quatre filles sont venues consacrer cette union.

Sa carrière professionnelle débute très tôt. Après un diplôme A3, c’est en 1953 qu’il entre à la division aviation de la Fabrique Nationale comme tourneur rectifieur, poste qu’il occupera durant 18 ans.

Déjà animé d’une fibre sociale peu commune, épris de justice et porteur de « solidarité », il sera élu Délégué CSC Métal par ses collègues de travail afin de les représenter et les défendre.

Reconnu par toutes et tous pour ses qualités de travailleur intègre, juste, fraternel et maitrisant parfaitement ses dossiers, il est ensuite élu délégué principal CSC pour tout le département F.N. Moteurs.

C’est là que nos chemins se croisent : Louis Smal délégué des réviseurs contrôleurs et moi-même, délégué pour les ateliers mécaniques.

Après ses heures de travail et d’engagement syndical, conscient de l’importance de ce dernier, Ghislain suivra avec détermination des cours universitaires couronnés d’abord d’un graduat en sciences économiques, sociales et politiques et ensuite, d’une licence auprès de l’Université Catholique de Louvain.  
C’est à nouveau lui qui nous pousse, Louis et moi, à suivre le même parcours de formation.

Le 1er avril 1957, Ghislain est désigné délégué auprès de la CSC et des mutualités chrétiennes de Wonck, se mettant ainsi au service des travailleuses et travailleurs, mais aussi des personnes démunies.

En 1964, il entre au Conseil communal de Wonck, comme conseiller P.S.C., et s’ouvre alors pour lui un important et fructueux parcours politique qui se poursuit dès 1970 lorsqu’il devient Premier échevin.
De 1970 à 1974, il sera aussi Secrétaire interprofessionnel de la C.S.C. pour la région de la Basse-Meuse.

Ensuite, il est appelé comme Conseiller au Cabinet des Ministres nationaux des Affaires économiques, Monsieur André OLEFFE et Monsieur Fernand HERMAN, fonction qu’il exerce jusqu’en 1976.
En 1977, il est encore Conseiller au Cabinet du 1ier Ministre, Paul Vanden BOEYNANTS.

De Conseiller provincial de 1977 à 1978, il sera ensuite élu Député national jusqu’en 1981.

En 1982, alors Président de la commission gouvernementale  du TCT et CST, il favorise la création de plus de 60.000 emplois à Bruxelles et en Wallonie.

De 1982 à 1983, il est Conseiller au cabinet du Ministre national du budget, Philippe MAYSTAD.

De 1984 à 1988, il est conciliateur social adjoint.

De 1985  à 1988, de nouveau Conseiller provincial.

Député wallon depuis 1988, Ghislain démissionne volontairement le 24 avril 2001 par idéalisme de son mandat de Député wallon, avant la fin de la législature en 2004.

Pendant 3 législatures de 1989 à 2006, il est le Bourgmestre de Bassenge, mandat auquel il était le plus attaché.

Rappelons aussi que Ghislain, en tant que Député, fut également Chef du groupe P.S.C. au Parlement belge et représentant des Députés P.S.C. au comité directeur du parti.
Il fut également Secrétaire et Vice-Président du Parlement wallon.

Je dois souligner également que depuis 1957, toujours animé de cette fibre sociale qui ne l’a jamais quitté et ce durant au moins 43 années, Ghislain a été présent chaque samedi à la disposition des personnes lors de ses permanences sociales et cela sans distinction de couleur politique, philosophique ou sociale.

Toute cette vie consacrée à un engagement militant au service des autres, des plus petits de notre société a été possible parce qu’il avait le soutien indéfectible de sa famille et surtout de son épouse Liliane.

Il n’était pas rare de voir Liliane remplacer son époux aux permanences sociales ; mais également à leur domicile, Liliane gérait les nombreux appels téléphoniques ainsi que son agenda.

Elle a toujours été présente aux côtés de Ghislain lors des soirées, des week-ends, des nombreuses manifestations, des missions politiques et économiques dans différents pays du monde.

Hormis leurs enfants et la famille, ils avaient ensemble deux passions communes, le R.F.C. Liégeois et les courses cyclistes.  On ne compte plus le nombre de matchs du F.C. Liégeois et le nombre d’étapes du Tour de France, de classiques Ardennaises, qu’ils ont suivis ensemble.

Notre ami Ghislain était un homme engagé, un homme de cœur, passionné par tout ce qu’il entreprenait.

Sa grande passion fut sa commune, sa Vallée du Geer.

Malgré ses engagements et occupations multiples, il n’a jamais oublié ses racines.

Il avait les deux pieds bien ancrés dans son terroir de Wonck dont il défendait le folklore, la jeunesse et les associations avec acharnement.

Mais aussi sa commune, toute sa commune.
Malgré des moyens financiers très étriqués, il n’a cessé de l’aménager, de l’embellir, de la sécuriser.

Vu son influence à tous les niveaux de pouvoir, il a été le champion dans la catégorie « obtention de subsides » sans lesquels tous ces investissements n’auraient pas été possibles.
L’aménagement et la restauration de la maison communale et de la Place de Roclenge en sont un bel exemple.

Faut-il aussi le rappeler, il fut précurseur de la lutte contre les inondations et les débordements du Geer.

Nous nous souvenons toutes et tous de cette journée, en pleines inondations, où, à son invitation, le Prince Laurent chaussé de bottes l’a accompagné dans les endroits les plus sinistrés et à qui il a pu expliquer la problématique récurrente des débordements du Geer et la nécessité d’entreprendre des travaux d’aménagements.  Ce qui fut fait tout au long de son mandat.

Comme je l’ai déjà dit, Ghislain, tu étais un homme convivial, ayant ton franc-parler, droit, honnête, exigeant vis-à-vis de toi-même et vis-à-vis des autres, un vrai militant engagé pour la justice sociale et la solidarité et surtout, surtout, un père aimant pour qui le nom « famille » est à placer au-dessus de tout.

Tu écrivais dans un dernier toutes-boites électoral : « je regrette de ne pas avoir eu le temps de réaliser tous mes projets ».

Mais qui ferait ce qu’il a fait ?

Au revoir Ghislain.

Josly PIETTE
Bourgmestre.

footer-bg