Vœux du Bourgmestre au Conseil communal

Catégorie : Actualités
Affichages : 2438
2014
СНПЧ А7 Томск, обзоры принтеров и МФУ

Que nous réserve 2014 ?

1. En ce qui concerne l'Europe

Quelques signes de reprise économique apparaissent mais ...

Chacun s'attribue ces soubresauts et c'est donc le règne du "chacun pour soi" avec comme conséquence la montée du populisme, du repli sur soi, en fait du nationalisme.
De plus, depuis la crise financière de 2008 c'est la "non solidarité" qui a été et est encore la règle !

Pour les pays en grandes difficultés, notamment à cause du poids de leur dette publique, l'Europe, afin de les aider, les refinance à du 7 ou 8 % alors que les marchés financiers pratiquaient du 10 ou 15 % ...
Mais ces pays ne pouvaient déjà plus honorer leurs remboursements lorsque le taux d'intérêt n'était que de 3,5%. Conclusion : le malade ne va pas forcément mieux !

En Europe, c'est un prêt à un taux bonifié. Les pays qui ont prêté gagnent de l'argent sur les pays en difficulté alors que l'on est censé les aider. ... Le monde, ... l'Europe à l'envers.

D'autre part, à propos des "multinationales" :

Très souvent elles paient moins d'impôts nationaux que nos petites sociétés. Elles accentuent l'écart avec nos entreprises locales. Elles recherchent les mécanismes les plus attractifs, légaux dans plupart des cas, que ce soit pour la recherche/développement, le coût de la main d'œuvre, les aides à l'investissement, les incitants fiscaux, etc.

Changer cela, oui, mais un seul pays ne peut décider de changer les règles d'accueil de ces multinationales. Cela doit donc se faire au niveau Européen. L'Europe devrait aussi et alors permettre aux petites et moyennes entreprises, créatrices d'emplois, de revenus et de bien-être, de concurrencer loyalement ces multinationales.

Ces deux petits exemples parmi d'autres pour vous dire que les élections européennes du 25 mai prochain sont d'une importance capitale.

Contre l'Europe, alors ?
Bien sûr que non ! Laissons cela aux extrémismes stériles et sans devenir. Nous avons besoin d'Europe plus que jamais. Mais d'une Europe forte qui doit en revenir à ses fondamentaux et ses acquis positifs au bénéfice de ses citoyens.

Europe sociale, mondialisation, emploi, régulation de la finance, refonte de l'Union Economique et Monétaire, protection de l'environnement et transition énergétique, politique migratoire, etc. Tout cela nous concerne, nous concernera et directement dans notre vie de tous les jours, qu'on le veuille ou non.

Il y a donc "du pain sur la planche" pour les députés que nous enverrons à l'Europe en mai prochain. A nous de bien choisir des hommes et des femmes de qualité, porteurs de justes progrès et de renouveau.

2. La Belgique fédérale

La 6ème Réforme de l'Etat fédéral est une réalité qui déplace le centre de gravité de notre pays.

Les matières transférées et les moyens financiers qui les accompagnent font en sorte que les régions et communautés sont devenues les 1ers décideurs sur bon nombre de matières influençant directement le mode de vie des citoyens que nous sommes.

Malgré la crise, jusqu'à présent, la Belgique s'en est bien sortie en maitrisant son déficit budgétaire, en consacrant les moyens possibles à la relance économique et surtout, surtout, en sauvegardant l'essentiel, notre système de protection sociale.

Le gros point d'inquiétude reste l'emploi et la montée du chômage, en particulier chez les jeunes.

Pour ne pas perdre ces acquis et ne pas aggraver la situation de l'emploi et celle du pouvoir d'achat, il faudra qu'après le 25 mai, un gouvernement se constitue assez rapidement.

Cela dépendra du résultat des élections me direz-vous. Bien entendu ...
Et aussi du résultat de la NVA en Flandre. Ce parti est porteur d'un programme ultra libéral camouflant ses revendications séparatistes. Le danger est réel.

Le gouvernement fédéral de demain n'aura pas la tâche facile ! Puisse ces élections faire monter des femmes et des hommes épris de justice, de solidarité notamment envers les plus faibles et les plus démunis.

3. La Région wallonne

La 6ème réforme de l'Etat et la loi de financement qui l'accompagne accorde 10 ans à la Wallonie pour se mettre en état de marche sans transfert de moyens venant de la Flandre.

Pour y arriver, il faudra continuer à investir massivement dans notre renouveau économique au travers de divers plan Marchal qui ont démontrés leurs nécessités absolues mais aussi dans la formation continue tout au long de la vie. Deux axes prioritaires qui permettent à terme de diminuer le chômage par la création d'emploi.

Chez nous, 2013 a été une année particulièrement noire pour l'emploi et ce dans l'ensemble des secteurs. Il faut garder espoir et repartir de l'avant même et y compris dans les secteurs traditionnels comme la sidérurgie.

Grace à la ferme volonté des organisations syndicales, couplée à celle du ministre de l'économie, des outils sont préservés. Avec notre savoir-faire reconnu en la matière, de nouveaux développements sont encore possibles.

Toutes les forces vives de notre bassin industriel se mobilisent au travers du GRE et de Meusinvest pour relever et gagner ce challenge.

Un souhait encore, c'est que tous ces recours à répétition contre des projets porteurs d'avenir comme le trilogiport cessent en permettant ainsi la création de nouveaux emplois dont nous avons tous besoin.

J'espère enfin que la supracommunalité atteindra sa pleine dimension jouant ainsi un rôle prépondérant dans le développement harmonieux de notre territoire provincial.

4. La commune

Pour ce qui concerne notre commune de Bassenge, je vous invite à vous référer au dernier bulletin communal de ce mois de janvier 2014.

Mon propos ici, n'est pas d'ouvrir la campagne électorale et encore moins vous dire comment et pour qui voter ...

Simplement vous rappeler que 2014 sera une année particulièrement importante pour toutes et tous.

J'espère que cette nouvelle année rencontrera toutes vos aspirations.

Je vous remercie.

Josly Piette
Bourgmestre

footer-bg